Accueil

Liste des collections

19AV049 - Témoignage Marie-Christine Volovitch Tavares

Marie-Christine Volovitch-Tavares est née le 20 Octobre 1943 à Saint-Etienne où étaient réfugiés ses parents. Son père, instituteur, ayant été dénoncé comme juif communiste (russe) par une de ses collègues, la famille a été cachée par des membres du SNI. Politiquement influencée par son père militant à La révolution prolétarienne, elle s’est engagée dans la vie militante dès le début de ses études supérieures. Après une classe préparatoire, Marie-Christine Volovitch est devenue élève à l’ENS. Alors qu’elle est normalienne, elle participe activement aux événements de mai 1968, tant dans le mouvement étudiant (en histoire et dans la grève de l’agrégation) que dans le Comité d’Action du XIIIe arrondissement de Paris. Elle part au Canada avec son premier mari en 1969. De 1972 à 1974, elle vit dans une communauté près de Lyon. Son second mari repart au Portugal après la révolution des œillets : elle le suit et entame une thèse sur l’histoire portugaise. Ils reviennent en France en 1981.

Créateur : Cité des mémoires étudiantes (producteur)

19AV047 - Témoignage de Blaise Adjovi

Né en 1952 au Bénin, Blaise Adjovi vient en France pour ses études. Il fait un Deug en science économiques à Tolbiac et travaille à la MNEF pour payer ses études en tant que vacataire. Il devient salarié à la fin de ses études supérieures. Il commence comme portier au centre d'orthogénie de saint Michel, puis, au fil de sa carrière, devient responsable développement de l'académie de Créteil. Il est toujours à ce poste actuellement. Il est également représentant du personnel (CGT).

Créateur : Cité des mémoires étudiantes (Producteur)

19AV042 - Témoignage de Denis Menetrey

Né en 1948 à Reims dans une famille marqué par la seconde guerre mondiale, Denis Menetrey adhère au PSU alors qu'il est au lycée. Il entre à l'Université de Reims et adhère à l'UNEF quand celle-ci s'allie au PSU. Il participe aux manisfestations de mai 68. Par la suite il devient président de l'AG de Reims puis en montant poursuivre ses études à Paris il entre au bureau national de l'UNEF. En désaccord politique, il quitte l'UNEF puis le PSU pour fonder l'UCFML, Il deviendra par la suite éducateur spécialisé.

19AV023 - Témoignage de Christian Barrere

Né en 1946 à Pau, Christian Barrère est étudiant en science économique à l’université de Paris. Il adhère dés son entrée à l’université à l’AGEDESEP (association générale des étudiants en droit et sciences économique de Paris). Il participe notamment à la constitution de GTU (groupes de travail universitaire) et également au mouvement de mai 1968. Il devient ensuite assistant à Dauphine puis deux ans plus tard à l’université de Vincennes ou il prend part à l’élaboration de nouvelles techniques d’enseignements.

Créateur : Cité des mémoires étudiantes (Producteur)

<span>19AV035</span> - Témoignage de Pierre Sicard

Né en 1923 à Grenoble dans une famille de restaurateur, Pierre Sicard est Impliqué dès le lycée au sein de la FFACE. Il commence des études d'architecture, interrompue par la guerre et par la tuberculose qui l'amène à rejoindre la fondation de santé de la foret noire. Il y devient président de l'AGES. De retour à Grenoble, il devient membre de l'AG locale en tant que responsable des relation avec les sanatoriums. Il préside la commission de santé de l'UNEF avant de devenir président de la MNEF. Il participera notamment à la création des BAPU, puis deviendra membre de la FSEF. Par la suite il fondra son propre cabinet d'architecte.

Créateur : Cité des mémoires étudiantes (Producteur)

19AV045 - Témoignage de Pierre-Yves Cossé

Né en 1934 à Nantes dans une famille bourgeoise, Pierre-Yves Cossé entre au PSU dès le lycée. Il monte ensuite sur Paris pour faire des études à Sciences Po. Il est responsable national de la Jeunesse étudiante chrétienne et devient, en 1957, président de l'UNEF. Il participe au mouvement contre la guerre d'Algérie et va en Algérie, en 1962, pour militer. Il entre à l'inspection des finances et enseigne à Sciences Po entre 1966 et 1968. Par la suite il crée une association des amis de l'UNEF avec Michel de la Fournière.

Créateur : Jean-Philippe Legois (Interviewer)

19AV046 - Témoignage de Dominique Wallon

Né en 1939 au sein d'une famille bourgeoise parisienne, Dominique Wallon perd son père, résistant, à la Libération. Durant sa scolarité, il fait partie de la Jeunesse étudiante chrétienne et commence à développer ses idées politiques. Il entre ensuite à Sciences Po, abandonne la JEC, à l'occasion de la crise de 1957, et intégre l’UNEF. Durant la guerre d’Algérie, il devient vice président « Algérie » en 1960 puis président de l’UNEF de 1961 à 1962. Très engagé pour l’indépendance de l’Algérie, il est acteur de moments clés de cette période. Après avoir étudié à l’ENA, il s’engage au PSU où il continue son engagement politique. Entre 1981 et 2000, il travaille essentiellement au ministère de la Culture.

Créateur : Cité des mémoires étudiantes (Producteur)

19AV044 - Témoignage de Jean-François Boulanger

Né en 1949 à Châlons-sur-Marne, Jean-François Boulanger grandit dans une famille ouvrière. Il obtient un baccalauréat philosophie en 1967 et commence des études d’histoire à la faculté de lettres à Reims. Il rentre à l’UNEF, participe aux manifestations de mai 68 et deviendra membre du bureau de l’AGER, à la fin de celle-ci. Co-fondateur du Groupe Rémois des Amis de Clio (GRAC), il obtient son agrégation et devient enseignant en lycée. A la même période, il s’engage au PSU et se syndique au SGEN-CFDT ; il s’oppose à la loi Devaquet. Il est titularisé à l'UFR de lettres et sciences humaines de Reims en 1993, dont il sera élu doyen en 2009.

Créateur : Cité des mémoires étudiantes (Producteur)

19AV031 - Témoignage de Jean Daniel Lévy

Jean-Daniel Lévy naît en 1974 à Paris. Etudiant à l’université de Paris 1 en 1992, il obtient un DEUG de droit avant de poursuivre ses études en sciences politiques. Il adhère rapidement à l’UNEF dite SE en 1992, et se politise en parallèle au sein de la radio Fréquence Paris Plurielle avec des militants des diverses tendances de gauche. Son parcours politique sera ainsi jalonné de rencontres importantes avec des militants de la Ligue communiste révolutionnaire (LCR) ou de l’UNEF-ID. Après des élections houleuses confrontant les deux tendances de l’UNEF dite SE : majoritaire et oppositionnelle (à laquelle il appartient), il sera finalement élu au conseil d’administration de Paris 1 en 1995, puis au conseil de l’UFR et au conseil de discipline. Il participe au mouvement de 1994 contre le CIP ainsi qu’aux grèves de 1995, et milite pour la refonte d’une seule UNEF. En 1997, Jean-Daniel Lévy consacre son mémoire de DEA aux coordinations étudiantes de 1971 à 1995, puis démarre sa carrière professionnelle à l’institut de sondage CSA et renonce à tout engagement politique.

Témoignage de Jean-Jacques Hocquard

Née en 1941, à Paris, d’une mère bretonne, et d’un père parisien, Jean-Jacques Hocquard est élevé par ses grands-parents paternels, à Nogent-le-Rotrou (28), puis, à Levallois-Perret (92). Désirant devenir officier radio dans la marine marchande, il intègre l’Ecole centrale de TSF et d’électronique, en 1958, à Paris. En 1959, à cause de la guerre d’Algérie et des « sursis », il prend la carte de l’UNEF, par le biais du CEST, abandonne alors ses études et se lance dans le militantisme étudiant. En 1961, vice-président du CEST, il devient vice-président adjoint à la jeunesse chargé de la culture, au bureau de l’UNEF. Il travaille sur le « Festival international culturel étudiant », obtient des subventions pour le théâtre universitaire, par le Ministère de la jeunesse et des sports, et créé la « Fédération nationale du théâtre universitaire » (FNTU), avec l’aide de Jean-Pierre Miquel. En 1963, il est Secrétaire du bureau d’action culturelle du bureau de Jean-Claude Roure. N’étant plus au bureau de l’UNEF, depuis 1964, il s’investit à la FNTU en organisant les Festivals de l’UNEF à Lyon, à Marseille et à Paris. Appartenant à la gauche syndicale de l’UNEF, il cesse d’aller aux différents congrès de l’UNEF, dès avril 1966 (congrès de l’UNEF, à Grenoble). En 1967, il gère la tournée de la pièce de théâtre « V comme Vietnam », pièce contre la guerre, mais rentre au journal « Le Monde », en septembre 1967. En 1969, il devient Secrétaire général du « Festival de théâtre de Nancy » (et entre à la Caisse des dépôts, au Bureau d’études du département tourisme et loisirs), appelé, en 1971, « Festival mondial de théâtre », grâce à Jack Lang qui en est son fondateur. Finalement, il poursuit sa carrière, en travaillant avec Gatti, sur différents projets culturels, à partir de 1979.